La Tour, Cécile Duquenne

latour
La Tour, de Cécile Duquenne, autoédité Les premières lignes ? « Je dors dans un cocon humide et chaud, où rien ne peut m’atteindre. Je dors pour oublier, du moins c’est ce que les songes me chuchotent. Au loin, j’entends le calme clapotis de l’eau. Les remous lèchent les rivages noirs du minuscule îlot qui m’abrite. J’en suis le centre, le cœur, le noyau, l’atome fondateur. Je rêve et je souris. Au fond de moi, je suis heureuse. J’étais heureuse. La sérénité s’étiole. L’îlot devient piège. Quelqu’un, ou quelque chose, est en train de s’en approcher. Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Po...
Plus